PLAN DE JEU  DANS UN  CONTRAT A SANS ATOUT

 

Avant de passer une carte du mort, il est indispensable d'analyser la situation en se posant des questions :

 

1ère question : nombre de levées à réaliser  ?  8_9_10_13

 

2ème question : combien de LEVEES IMMEDIATES ?

                    On entend par levée immédiate toute levée pouvant être réalisée immédiatement sans céder la main à l'adversaire. L'as est toujours une levée immédiate. Une couleur FRANCHE produit autant de levées que sa longueur :  ARDV109 produit 6 levées.

                         Franche  signifie que la couleur  a été distribuée ainsi.

                         Affranchie, qu'elle est devenue FRANCHE après avoir  fait sauter les arrêts que l'adversaire y  détenait .

 

3ème question :  où trouver les levées manquantes ?

                        Par quelle technique ?

                        Quelle couleur affranchir ? Une couleur telle que ARV1098 n'est pas franche. Elle doit être affranchie en faisant sauter la Dame.

                        Une couleur par DV10987 ne sera AFFRANCHIE que lorsque l'on aura fait sauter l'As et le Roi,  les DEUX ARRETS détenus par l'adversaire.

 

4ème  question: Est-ce que j'ai le TEMPS de le faire ?

                         Reprenons la couleur ci-dessus: DV10987.
                         L'adversaire y détient  2 arrêts tandis que le déclarant n'en détient qu'un seul dans la couleur d'entame. Pas d'affranchissement possible, l'adversaire ayant un temps d'avance.

                         Le temps faisant donc défaut, il faut  recourir  si possible à d'autres manœuvres, sinon s'arranger pour limiter les dégâts en chutant le moins possible.

                         Par contre  dans une couleur répartie RDV1092, l'adversaire ne détient qu'un seul arrêt. Dès que l'as a sauté, on  réalise 5 levées, sauf si l'As est 6ème, A76543 par exemple auquel cas.

                         on ne fera que 4 levées, le 9 et 2 de la couleur tombant dans la fourchette A et 7

                         Le temps étant donc  le facteur primordial, comme dans un marathon,  la  course à l'affranchissement  ne sera gagnée que par le joueur qui a pris de l'avance. Cette avance étant représentée par le nombre d'arrêts détenus. Il en découle un principe très simple qu'il faut impérativement connaître :

Une  course d'affranchissement  ne peut être envisagée par l'un ou l'autre des deux camps que si l'un détient dans la couleur adverse autant d'arrêts  plus un  que l'autre n'en détient dans sa propre couleur.

 Prenons un exemple :

 

ª

DV1098

 

sud

ouest

nord

est

©

AV5

 

 

 

 

¨

ARD

 

 

 

 

§

R8

 

 

 

 

ª

AR4


          N
       O      E
           S

ª

532  

 

 

 

 

©

D98

©

10742  

 

 

 

 

¨

43

¨

10982

 

 

 

 

§

DV1096

§

72 

 

 

 

 

 

ª

76

 

Sud joue 3 SA - Entame Dame de §

©

R106

¨

V765

§

A543

 

Pour personnaliser le dialogue je me mets en Sud et pense  à haute voix

-      - Je joue 3 SA. Il me faut donc 9 levées

-      - J'ai  8 levées IMMEDIATES

-                    l'As et le Roi de trèfle                              = 2

-                    l'As et le Roi de coeur                             = 2

-                    l'As, Roi, Dame et  Valet de carreau     = 4 

 - Il me faut trouver la 9ème quelque part.

 - Quoi sur l'entame ?  Elle provient sûrement d'une tête de séquence. Mais  quelle est sa longueur ?  Si elle est 4ème je ne risque rien à  essayer l'affranchissement des ª Si elle est plus longue, alors ce sera la chute car Ouest  aura affranchi les § avant que le mort n'ait affranchi les ª.  Ouest détient en effet 2 arrêts à ª  alors que moi je n'en ai  plus  qu'un seul  à. §  Pas la peine de réfléchir davantage. L'issue du contrat dépend de l'impasse à la Dame de ©. Si elle réussit tant mieux, sinon on passe à la donne suivante.

 

Voilà pour la première ébauche de mon analyse .
- Elle ne me satisfait point. Je ne vais pas soumettre mon contrat à l'aléa d'une impasse sans entrevoir d'autres possibilités

- Je peux aussi vérifier la longueur de la Dame de §. Si elle  4ème, j'évite de faire l'impasse à la Dame de ©, si elle 5ème l'impasse à la Dame de © est inévitable.

- Je ne cours  aucun risque de laisser passer la Dame de §. Je fournis par conséquent le 8 du mort , Est fournit le 2. et moi le  3.

- Ouest continue du Valet pour le Roi et le 7 en Est.

- Je débloque  A R D de ¨, et j'avance ensuite la Dame de ª. Ouest prend du Roi et continue du 10 de §, Est ne fournit plus. L'entame provient donc d'une couleur 5ème.

- Je ne puis gagner que si l'impasse à la Dame de ©  réussit.


On reprend maintenant la même donne en modifiant la longueur de la Dame de § et la place de la Dame de © :

 

 

ª

DV109

 

sud

ouest

nord

est

©

AV3

 

 

 

 

¨

ARD

 

 

 

 

§

R8

 

 

 

 

ª

AR4


            N
         O      E
            S

ª

532  

 

 

 

 

©

1098

©

D742  

 

 

 

 

¨

432

¨

1098

 

 

 

 

§

DV109

§

762 

 

 

 

 

 

ª

76

 

Sud joue 3 SA - Entame Dame de §

©

R65

¨

V765

§

A543

 

-  je me livre à la même analyse et adopte la même ligne de jeu.
-  je fournis le 8 du mort, Est fournit le 2. et moi le  3. Ouest continue du Valet pour le Roi du mort et le 6 en Est.

-  je débloque ARD de ¨

- j'avance la Dame de ª. Ouest prend du Roi

-  Ouest continue du 10 de §,  Est  fournit le 7.
-  j'apprends donc que la Dame n'est que 4ème
je suis rassuré. Cela me permet de gagner la course à l'affranchissement des
ª et éviter l'impasse à la Dame de ©

 


5ème question : Dois-je assurer ou envisager de "gratter" quelques levées de bonus ?

Ouvrons encore une parenthèse :

la gourmandise étant un vilain péché, il vaut mieux assurer son contrat chaque fois qu'il y a risque de le chuter. Il ne sert à rien de se livrer à des acrobaties dangereuses  pour un bénéfice douteux.

Si par contre le contrat est infaisable et que l'on court  le risque d'en prendre comme aux quilles, une ligne de jeu permettant de limiter les dégâts est plus adaptée.

 

6ème question : est-ce le bon contrat ?

C'est à dire, le contrat  représentant le PAR du tournoi  (le résultat obtenu par la majorité des autres joueurs)  ou  un contrat quelque peu original ?

En match par quatre, original ou non, le contrat doit être assuré.

En tournois par paires, s'il s'agit d'un contrat populaire, on peut  essayer de faire du mieux.

S'il s'agit d'un mauvais contrat, on joue par exemple  3 SA. au lieu du 4 ª populaire, je dois essayer de faire au moins 10 levées. Que je réussisse ou non à faire 9 levées, ce sera le même zéro pointé.

 

7ème question : Comment LIRE la carte d'entame ?

Il faut avant tout s'informer auprès de l'adversaire de ses   conventions d'entame et ensuite passer à leur interprétation. La cohérence du PLAN DE JEU en dépend. Une carte ne peut donc être LUE que si l'on arrive à établir son origine. Les conventions d'entame étant fort nombreuses l'on ne peut axer son étude que sur les plus courantes :

- la  "3ème meilleure"

- la  "4ème meilleure"  

- la  "5ème meilleure".

 

Quant aux autres telles que :

- le   "pair -impair intégral" ou  le "pair impair souple"

- les "séquences inversées" 

- le   "petit prometteur" ou le "2 jumbo-jet "

- le   "10 journaliste" ou le "9 azimuté "

laissons-les aux exégètes infaillibles. Eux, ils trouvent toujours la bonne solution quand ils ne se trompent pas.  

 

Les règles à appliquer à cette lecture peuvent être

- LA REGLE DE ONZE si l'entame est  la 4ème meilleure

- LA REGLE DE DOUZE si l'entame est  la 3ème meilleure

- LA REGLE DE DIX  si l'entame est la  5ème meilleure

 

(Voir la page web  liée à ces  ces règles).

 

retour