APPELS A L' ITALIENNE

Les Italiens, champions du monde ou olympiques une 20aine de fois, champions d' Europe 5 fois consécutivement depuis 1998, jouent des méthodes d'enchères conventionnelles et dans le jeu de la carte ils utilisent des conventions cadrant bien avec elles. C'est dire, le travail qui est le leur pour ne pas commettre des erreurs grossières.

Si on tient vraiment à ce qu'une carte impaire appelle alors qu'une carte paire refuse, il est opportun de se décider à en étudier le principe dans son intégralité. A défaut, il vaut mieux adopter des conventions plus simples. L'appel se réfère bien entendu à la carte fournie  dans la couleur attaquée par le partenaire. En cas de défausse, le problème est différent et bien plus ardu. Une erreur d'interprétation de la carte défaussée provoque inévitablement une catastrophe. Principe de base :

- sont exclus du procédé les honneurs majeurs ARD

- les 10 cartes qui vont du Valet au 2 se subdivisent

-          en 5 cartes hautes         V10987

-          en 5 cartes basses         65432

-          en 5 cartes impaires      V9753

-          en 5 cartes paires          108642

 

Règles : elles sont différentes selon la Région d'Italie où elles sont pratiquées

Dans l'une :

-          plus haute est la carte impaire fournie, plus l'appel est impératif

-          plus petite est la carte paire fournie plus le refus est impératif

-          plus haute est la carte paire fournie plus on peut douter de sa signification. Ce n'est qu'au tour suivant qu'on sera fixé sur la manière de l'interpréter. Si elle est suivie par une petite carte,  il s'agit d'un appel. Le partenaire a fait un écho. C'est à dire, a joué en descendant . Dans ce cas, la qualité de la carte, paire ou impaire importe peu.

Dans l'autre :

-          plus petite est la carte impaire fournie, plus l'appel est impératif

-          plus petite est la carte paire fournie plus le refus est impératif

-          plus haute est la carte paire fournie plus on peut douter de sa signification. Ce n'est qu'au tour suivant qu'on sera fixé sur la manière de l'interpréter. Si elle est suivie par une plus petite (écho) elle constitue un appel, si elle est suivie par une plus haute elle refuse la couleur attaquée et appelle  (ou refuse selon l'accord dont les deux partenaires ont convenu)  dans la couleur la plus chère visible au mort.

 

La pratique des appels à l'italienne est plus complexe qu'il ne paraît, car comme vu ci-dessus et sous certaines conditions, une carte impair peut aussi bien refuser la couleur attaquée et appeler dans la plus haute des couleurs visibles au mort, alors qu'une carte paire peut refuser deux couleurs et appeler dans la plus chère ou moins chère des couleurs visibles au mort..

Le choix de l'une des deux règles procède d'un accord entre partenaires. Je suis enclin au choix de l'écho que la carte soit impaire ou paire. Une fois bien comprise la règle doit être appliquée cum grano salis (avec un grain de sel)  en tenant compte de la qualité du contrat

-          à la couleur

-          à Sans Atout

 

1°/- A LA COULEUR  (si on a opté pour l'écho)         

-          carte impaire appelle

-          carte paire refuse mais, en même temps

-          si elle est haute, elle appelle dans la plus chère des couleurs restant (celle d'atout exclue). Des hautes cartes, telles le 10 et le 8, peuvent cependant provenir d'un doubleton.

-          si elle est basse, elle appelle dans la couleur la moins chère des couleurs restant (celle d'atout exclue)

La règle étant valable soit quand on fournit, soit quand on défausse. (fournir = jouer une carte de la couleur attaquée, défausser = ne pas fournir)

 

2°/- A SANS ATOUT (si on a opté pour l'écho). En principe, la signification des cartes fournies peut se résumer :

       - carte impaire encourage la continuation

       - carte paire haute refuse la continuation et la moins chère des couleurs restantes

       - carte paire basse refuse la continuation  et la plus chère des couleurs restantes
 

Il n'y a aucun problème en cas de défausse. L'on dispose alors de 3 couleurs où faire le choix le plus opportun. Le refus d'une couleur laisse au partenaire le choix entre les deux autres couleurs. Il sera bon ou mauvais en fonction des facultés déductives des joueurs et à leur capacité d'analyser toutes les informations exploitables que les enchères, les cartes jouées et les cartes visibles au mort permettent d'assembler.


Pourquoi
"en principe" ?   Parce que la première carte fournie par le partenaire peut n'avoir qu'un caractère tout relatif. S'il n'a que des cartes paires ou impaires, il ne peut pas faire autrement. Ce n'est qu'au tour suivant qu'il confirmera ou infirmera son refus ou son appel. La situation peut être facilement éclaircie :

-          le fait de fournir une carte paire haute au premier tour et une carte paire plus petite au tour suivant (écho), doit être considéré comme un appel.

-          le fait de fournir une carte paire basse  au premier tour et une carte paire plus haute au tour suivant (en montant),  doit être considéré comme un refus.

-          le fait de fournir une carte impaire basse au premier tour et une carte impaire haute au deuxième tour (en montant), doit être aussi considéré comme un refus.


Il serait donc malvenu d'interpréter la première carte paire haute fournie par le partenaire comme un refus et comme un  appel dans la plus chère de celles visibles au mort. Par conséquent

- si trois cartes impaires sont visibles au mort, il est fort possible que le partenaire ne détienne que des cartes paires

- si trois cartes paires sont visibles au mort, il est fort possible que le partenaire ne détienne que des cartes impaires

En cas de doute, il vaut mieux ne pas trop se préoccuper des cartes fournies ou défaussées par le partenaire  et montrer ses propres préférences.

 

retour